Une expertise collective du CNRS sur les violences sexuelles à caractère incestueux

Institutionnel

Un rapport du CNRS sur les violences sexuelles à caractère incestueux a été remis le 27 avril 2017 à Laurence Rossignol. La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes avait saisi le CNRS à cet effet dans le cadre du premier plan de lutte et de mobilisation contre les violences faites aux enfants (2017-2019). Avec sa mission «sciences en société», le CNRS peut en effet désormais produire des expertises collectives et pluralistes pour améliorer les connaissances et pour fournir un éclairage et un appui aux politiques publiques. L’objectif de cette demande était d’améliorer les connaissances sur ce sujet mais aussi sur les raisons des lacunes importantes dans ce domaine, tant en termes de données que de réelle compréhension du phénomène.

Cette expertise a été établie par un groupe de travail interdisciplinaire composé de spécialistes reconnu.e.s de l’inceste et des violences familiales, chercheur.e.s et universitaires, et piloté par Sylvie Cromer, enseignante-chercheure à l'université de Lille et directrice du GIS CNRS « Institut du Genre ».

Elle permet d'avancer de façon décisive dans la connaissance du phénomène en ouvrant de nouvelles pistes de recherche, par exemple dans les neurosciences, les sciences des comportements collectifs, les études de genre et des sexualités, les études juridiques... La mobilisation de l’ensemble de ces compétences permet de mettre à mal un certain nombre d'idées reçues et d'ouvrir de nouvelles pistes pour l'analyse, le recueil de données et les actions à développer.


Image retirée. Consulter le rapport