Identifier les premières voies de diffusion du verre

Autres

Des recherches menées dans le cadre d'un programme de recherche franco-danois-bulgare 1 ont permis d'obtenir de nouvelles données sur la diffusion du verre entre l'Egypte, la Mésopotamie et l'Europe à l'Âge du Bronze. Les conclusions de l’étude ont donné lieu à la publication d’un article dans le Journal of Archaeological Science le 30 mai dernier.

  • 1. Institut de recherche sur les archéomatériaux – Centre Ernest Babelon (IRAMAT-CEB UMR5060, CNRS / Université d’Orléans) à Orléans, Musée National Danois de Copenhague, Musée de Meosgaard et Musée National d'Histoire de Transylvanie à Cluj-Napoca

Jusqu'à présent, le commerce de verre mésopotamien vers l'Egypte durant l’Âge du Bronze était uniquement documenté par les tablettes d'Amarna, écrites en akkadien. Cette correspondance diplomatique mentionne en effet le commerce de verre entre la Syrie et l'Egypte. Mais ces échanges n'avaient jusque là pas été confirmés par l’archéologie et l’archéométrie.

 

Détail d’un bas-relief de Karnak (Louxor, Egypte). Des lingots de verre (partiellement colorés en bleu au centre de la photo) sont visibles parmi les offrandes faites au temple par Thoutmosis III après sa campagne de Syrie. © Jeanette Varberg, Moesgaard Museum.
Détail d’un bas-relief de Karnak (Louxor, Egypte). Des lingots de verre (partiellement colorés en bleu au centre de la photo) sont visibles parmi les offrandes faites au temple par Thoutmosis III après sa campagne de Syrie.

© Jeanette Varberg, Moesgaard Museum.

 

 

Baguettes en verre vert retrouvées à Amarna en Egypte. La signature géochimique des éléments traces contenus dans ces verres est typique des productions mésopotamiennes. Longueur 2,2 et 1,9 cm. © Flemming Kaul, the National Museum of Denmark.
Baguettes en verre vert retrouvées à Amarna en Egypte. La signature géochimique des éléments traces contenus dans ces verres est typique des productions mésopotamiennes. Longueur 2,2 et 1,9 cm.

© Flemming Kaul, the National Museum of Denmark.

 

Dans le cadre de ce programme de recherche, plusieurs objets en verre, retrouvés en Egypte (baguettes) et en Europe (perles), ont été examinés. L’IRAMAT-CEB à Orléans a, pour sa part, mené des analyses chimiques sur les perles en verre de l’Âge du Bronze (1400-1100 av. notre ère) retrouvées non seulement en Roumanie et au Danemark, mais aussi en Corse (dans le cadre d’un autre programme).

Les résultats obtenus prouvent l’origine mésopotamienne du verre utilisé pour la fabrication de la plupart de ces perles, ainsi que de certaines des baguettes de verre retrouvées à Amarna en Egypte. Quelques perles semblent en revanche avoir été fabriquées à partir d’un mélange de verre égyptien et mésopotamien et pourraient provenir d’ateliers secondaires mycéniens, où ce mélange de verres bruts aurait été effectué. Cette analyse concorde avec la mention d’un commerce du verre, de la Syrie vers l’Egypte, tel que le décrivent les tablettes d’Amarna.

 

*
Dispositif d’analyse des objets en verre par spectrométrie de masse avec prélèvement par ablation laser (LA-ICP-MS) de l’IRAMAT-CEB à Orléans. Détail de la cellule d’analyse des perles et baguettes en verre en bas à gauche.

© Bernard Gratuze IRAMAT-CEB, CNRS/Univ. Orléans.
 

 

*
Répartition des sites dont les perles en verre ont été étudiés. Les sites allemand de Neustrelitz, corse de Campu Stefanu, ainsi que l’ensemble des nécropoles danoises ayant fourni des perles en verre sont aussi mentionnés. Illustration: Thomas Bredsdorff.

 

 

 

Références :
“Mesopotamian glass from Late Bronze Age Egypt, Romania, Germany, and Denmark” par J. Varberg et al. (doi: 10.1016/j.jas.2016.04.010). Article à paraître dans Journal of Archaeological Science, publié par Elsevier.


“Étude de provenance des parures vitreuses et résineuses du Bronze moyen de l’abri 1 de Campu Stefanu (Sollacaro, Corse-du-Sud) ” par Peche-Quilichini et al., à paraître dans ArcheoSciences - Revue d'archéométrie n°40, 2016

 

Le Journal of Archaeological Science est une revue internationale destinée aux archéologues et aux archéomètres. Il traite des développements et des applications des méthodes scientifiques aux problématiques archéologiques et historiques.

ArcheoSciences - Revue d'archéométrie est éditée annuellement par le Groupe des Méthodes Pluridisciplinaires Contribuant à l'Archéologie (G.M.P.C.A.) et concerne les mêmes thématiques.

Ces revues publient des articles qui présentent les avancées majeures dans les méthodes et techniques de l’archéométrie. Elles mettent en valeur les avancées scientifiques dans ce domaine et nourrissent les débats internationaux autour de ces problématiques.

 

 

 

 En savoir plus sur IRAMAT-CEB