Humains en société : décrire, analyser, comprendre

Tout au long de leur histoire, les êtres humains ont agi en créateurs de langues, de langages et de signes. Ils ont inventé des formes d’expression et de représentation, nourri et transmis des cultures, élaboré des savoirs et des théories. Ils ont également été parties prenantes d’organisations politiques, sociales, juridiques et économiques complexes. Ils ont exploré, occupé et aménagé la planète Terre, souvent de façon conflictuelle et avec des conséquences importantes pour les autres espèces et les ressources offertes par la planète. C’est tout cet ensemble d’éléments que vise à saisir l’activité de recherche des unités de l’INSHS.

Des priorités scientifiques affichées et soutenues

Au sein des unités mixtes de recherche, l’INSHS se situe en complémentarité par rapport à ses partenaires. Actuellement, il soutient plus particulièrement les études aréales, les approches comparées, les études globales, la transnationalisation. Ses travaux portent sur la formalisation, la quantification, la modélisation et la simulation, les humanités numériques ainsi que sur le genre et les sexualités. Il aide également au développement des recherches dans le domaine des sciences sociales et cognitives du comportement, de l’éducation, de la sécurité humaine et des sciences des religions. L’INSHS joue un rôle particulier en France dans le développement des sciences archéologiques et de l’anthropologie.

Encourager le déploiement de la recherche à l’international

À l’instar des 9 autres instituts du CNRS, l’INSHS a fait de l’internationalisation des recherches menées par ses communautés scientifiques l’une de ses priorités. Il décline cette priorité à travers de multiples actions. L’institut incite en particulier ses personnels à interagir avec les communautés scientifiques aussi bien des États ayant une ancienne tradition de recherche que des pays scientifiquement émergents.

Dans cette optique, l’INSHS a créé plusieurs unités mixtes internationales (UMI). Il copilote avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères un exceptionnel réseau d’unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger (Umifre). L’institut encourage par ailleurs la mobilité sortante de nombreux chercheurs. Il favorise leur participation à des projets internationaux de coopération scientifique (Pics) ainsi qu’à des groupements de recherche internationaux (GDRI) et des laboratoires internationaux associés (LIA).